Conseils bien-être dans cette période de confinement

Conseils bien-être durant cette période de confinement

Un petit microbe s'est invité dans notre quotidien et le monde ne tourne plus comme avant... Nous voilà dans une situation inédite de confinement pour les uns et d'intense action pour les autres.

Cette situation peut être génératrice de stress ou d'émotions particulières autant pour les soignants et les "opérationnels", dont l’activité se trouve chamboulée que pour les personnes confinées chez elles, pas toujours dans de bonnes conditions.

Afin de gérer au mieux son temps, ses ressentis et émotions et sortir grandi(e)s de cette situation, je vous propose quelques conseils bien-être à adapter à votre situation particulière et à vos besoins du moment :

Gérer ses émotions : 

Quelle que soit notre situation du moment (seul(e), à deux ou en famille), nous devons nous adapter à une situation nouvelle avec son lot de ressentis et d'émotions particulières... Un cocktail d'émotions pouvant aller du stress, de la peur, à des crises d'angoisses, au découragement, à de l'impuissance, à de la colère... mais aussi des moments de déni, de dérision et des moments d'excitation, de joie, de bonheur...

C’est tout à fait normal de ressentir des émotions fluctuantes, exacerbées et parfois nouvelles dans cette période si particulière. Passer du rire aux larmes est possible et naturel dans une période de confinement, étant donné que notre rythme habituel et nos moyens de gérer nos émotions sont déstabilisés.

Il peut s'agir d'émotions liées à cette situation inédite et ce qu'elle représente pour soi (l'enfermement, la solitude, la maladie, l"inconnu...), mais aussi des émotions nous renvoyant à des situations du passé ressurgissant dans cette période de "pause"...

Des situations liées à l'enfance et au cadre pouvant être vécu comme enfermant ou trop strict, ou à l'inverse pas assez clair, peuvent refaire surface dans cette période ou le cadre est chamboulé. Il est enfermant d'une certaine manière puisque nous sommes confinés, mais il est également libre, puisque que la journée n'est pas rythmée par des obligations de se rendre à son travail (selon son activité professionnelle bien sûr). 

  • Modérer les médias : Les infos arrivent de toute part et souvent dans une forme négative ou alarmiste, que cela soit à la télé, sur les réseaux sociaux ou sur WhatsApp. Même s'il semble nécessaire de se tenir informé, il peut être salutaire de se mettre en mode pause afin de retrouver sa stabilité intérieure. Choisir un moment dans la journée (dans la semaine) pour s’informer, et s'y tenir, est une manière de rester connecté à la réalité du moment sans se sentir submergé.

therapie_zen_-150.jpg
  • Accueillir ses émotions : Le confinement, la peur de la maladie, l'inconnu, la solitude, la peur du manque peuvent provoquer chez nous des émotions diverses et variées.  Les accueillir, c'est à dire les observer, en prendre note et accepter leur présence est déjà une manière de les ramener à un niveau gérable. Si elles reviennent trop vite ou sont trop fortes, peut-être que certaines activités peuvent leur permettre de se restabiliser : la méditation, le yoga, l'auto-hypnose sont des méthodes reconnues pour apprendre à accueillir et gérer ses émotions et ses ressentis. Les Fleurs de Bach et notamment le remède de secours "Rescue" peuvent être très utiles dans une période comme celle-ci.

 

  • Rester en lien avec ses amis, sa famille, ses voisins, ses collègues : Les liens sociaux sont tellement naturels dans un quotidien habituel (collègues, commerçants, voisins, amis, famille...), que d'aller vers les autres par message, mail, téléphone ou skype peut se réveler complexe ou insurmontable pour certaines personnes, se trouvant ainsi d'autant plus isolé(e). Il est important de maintenir le lien de différentes manières et de communiquer sur ses ressentis afin de pouvoir se sentir accompagné et accueilli dans ce moment particulier. 

 

  • Demander de l'aide si besoin : Parfois, il peut aussi s'avérer nécessaire de demander de l'aide à un médecin, un psychologue ou un thérapeute si les émotions ou les angoisses deviennent trop destabilisantes afin de pouvoir passer ce cap sans sombrer. La plupart d'entre nous travaille à distance, par téléphone ou en visioconférence dans cette période particulière.

Une organisation à trouver : 

Organiser son planning de la journée est une clé pour une meilleure gestion du stress autant pour les opérationnels que pour les personnes en télétravail ou confinées au chômage partiel.

  • Prévoir un sas de décompression pour les "opérationnels" : Certains d'entre nous continuent à travailler souvent dans des conditions plus intenses ou complexes et peuvent avoir besoin d'un sas de décompression en rentrant (peut-être pas devant les nouvelles…) par exemple faire du vélo d’appartement, quelques pompes, du yoga ou de la méditation… Le rythme plus soutenu pour les opérationnels, nécessite de se ménager des moments de pause complète, pour se ressourcer et retrouver plus facilement son énergie. 

 

writings-in-a-planner-636246.jpg
  • Aménager son temps et son organisation pour les "confinés" :  Organiser sa journée avec un programme alternant télétravail, suivi des devoirs (si besoin), pause déjeuner, détente, sport à la maison, respiration… Avec des moments de vraies pauses et d’isolement si possible (si confiné avec plusieurs personnes), est une clé pour garder son équilibre intérieur.

 

  • Trouver un équilibre dans son planning et le réajuster si besoin : A moins d'être en vacances, le fait de se laisser progressivement aller à un rythme désorganisé ou trop libre, peut mettre en difficulté notre esprit et notre corps. Une forme d'apathie, de stress ou de manque d'envie ou d'entrain peut en découler.  S'organiser un cadre, pouvant être assoupli si besoin, avec une heure de réveil et des heures de déjeuner et de dîner, est un moyen de garder un rythme "normal" et une motivation. 

Un équilibre corps-esprit : 

  • Pratiquer une activité sportive : Maintenir une activité même à la maison est une manière de rester en forme et de déstresser. Vérifier si vos séances de gym sont proposées en ligne, ou sinon vous trouverez des tutos ou des séances enregistrées sur internet. Peut-être est-ce le moment de tester une nouvelle activité à distance ? Il est aussi possible de faire un peu de marche à pied ou de jogging en respectant les consignes, afin de s'aérer le corps et l'esprit. S'octroyer un temps d'activité corporelle un peu chaque jour est d'autant plus nécessaire durant cette période où les mouvements du quotidien peuvent devenir moins nombreux qu'à l'accoutumée.

 

  • Prendre soin de son alimentation : La peur du manque, le confinement peuvent provoquer des envies ou des besoins de compensation. En garder la conscience permet de ne pas trop déstabiliser son alimentation. Se faire plaisir est certes utile dans une juste mesure ! S'amuser à s'observer et voir à quel moment les envies arrivent, ou à quel moment nous succombont à celles-ci, peut se révéler fort intéressant... Un moment de stress, de peur, de solitude, et hop je cours vers le frigo ou le placard... Une fois les observations effectuées, il est possible de trouver d'autres réponses à ces "pulsions". Si je me sens seule, peut-être puis-je appeler une amie, ou tester la visio ? Si je me sens stressée, je peux lire un livre apaisant, ou écouter une méditation guidée ? Cela permet parfois d'apprendre à gérer autrement ses besoins et retrouver ou maintenir son équilibre alimentaire. 

 

  • S'occuper son corps : C'est peut-être le moment de prendre soin de son corps et de son visage autrement également : gommage, auto-massage, bains moussants, crème hydratante... S'occuper de soi, procure un bien-être immédiat, puisque c'est une manière de s'accorder de l'importance et de la valeur. Ce dont nous avons besoin dans un moment comme celui-ci. 

Un cheminement vers soi : 

  • Mettre en ordre sa maison : Dans la course effrenée du quotidien, il nous arrive souvent d'accumuler des papiers, des sujets non traités et que sa maison ne soit pas tout à fait "rangée" ou "ordonnée". Peut-être est-ce le moment de prendre soin de sa maison autrement, en se lançant de nouveaux défis de trier, jeter, ranger, organiser et nettoyer tout de fond en comble. Progressivement, un peu chaque jour, en commençant par une pièce, et un placard, puis un autre... afin que ce tri puisse se faire au niveau intérieur également, s'accorder des temps de pause et de digestion est important, surtout si les papiers et photos nous renvoient à des passés oubliés ou mis de côté... Un pas vers une plus grande libération intérieure, un pas vers une digestion plus profonde, un pas vers une résolution nouvelle amenant une plus grande légèreté.

 

  • Progresser intérieurement :  C'est aussi le moment de se mettre à de nouvelles lectures, de nouveaux apprentissages (une langue, un outil informatique, une nouvelle compétence). Se mettre au développement personnel et apprendre à mieux se connaître, est un moyen de progresser intérieurement chaque jour un peu plus... Parfois il suffit juste de s'observer fonctionner. "Connais toi toi-même et tu connaitras l'univers et les dieux", disait l'inscription sur l'ancien fronton du temple d'Apollon à Delphes. Cette maxime, appronfondie par Socrate et ses disciples comme Platon, rejoint également les enseignements du Buddha, à la même époque sur un autre continent, enseignant son cheminement vers l'éveil à travers la connaissance de soi.  

 

  • Trouver sa voie : Ainsi profiter de son temps libre pour apprendre à mieux se connaître, est peut être aussi une façon de savoir si qui est juste ou non pour soi sur les différents plans de sa vie. Vérifier son alignement sur le couple, la famille, sa région, son travail, ses activités, ses amis... Ce n'est peut-être pas le moment de prendre de grandes décisions, puisque nous sommes en mode pause pour l'instant, juste y voir plus clair et peut-être avancer dans ses réflexions et ses choix vers un plus grand alignement intérieur